fbpx
Seulement trois conseils afin de profiter d’un détox au top ?

Seulement trois conseils afin de profiter d’un détox au top ?

Dans cet article, je continue sur ma lancée « se sentir bien dans son corps, en bonne santé » mais en rentrant un peu plus dans les détails de la fameuse « prise de poids ».

La plupart du temps, les graisses que l’on accumule ont pour cause une nourriture privilégiant la quantité par rapport à la qualité mais également une absence d’activité physique, un système immunitaire mis à l’épreuve de façon récurrente ou encore le poids du stress s’accumulant directement sur votre ventre (cela est d’ailleurs très bien expliqué dans la source anglaise : Stress and Body Shape : « Stress-Induced Cortisol Secretion is Consistently Greater among Women with Central Body Fat », E. Epel et al., in « Psychosomatic Medicine » apparu en 2000).

Ainsi, le corps est de cette manière en surcharge à tous les niveaux avec en plus une lourde fatigue. Je vous fais donc découvrir les différents conseils afin de profiter d’un détox de qualité !

Savez-vous pourquoi on prend du poids ? On grossit car on accumule des réserves ! Ces dernières sont conçues par une surdose de lipides ainsi que de sucres dans les aliments. Il s’agit de la lipogenèse, qui est dépendante de la régulation d’une hormone pancréatique que vous connaissez tous : l’insuline.
L’usage des graisses – ou lipolyse si vous préférez – s’effectue la nuit ou entre deux repas qui sont distancés, sous influence directe de l’adrénaline. Quand tout marche parfaitement, la lipolyse ainsi que la lipogenèse sont en parfait équilibre.

Contrôler le poids ne demande jamais un bouleversement alimentaire

C’est un duo qui s’avère être le responsable majeur du stockage. Il s’agit des coupables que sont les sucres raffinés ou sucres à index glycémique élevé ainsi que les graisses saturées comme par exemple les aliments suivant : le beurre, la crème margarine, les fromages ou encore les charcuteries. Pour ce qui est des sucres simples dits rapides (tels que les sucres raffinés, les confiseries, les confitures, les pâtisseries ou encore les sodas), ces derniers engendrent une sécrétion soudaine d’insuline, qui est le troisième intervenant important. Afin que vous ayez une vue d’ensemble et que vous contrôliez mieux votre poids, voici un listing d’aliments avec à chaque fois leur index glycémique :

  • Les corn flakes avec un index de 85
  • Le pain blanc avec un index de 85
  • Les céréales sucrées avec un index de 70
  • Les chips avec un index de 80
  • Les friandises chocolatées avec un index de 70
  • Le pain intégral avec un index de 50
  • La banane avec un index de 65
  • Le riz basmati avec un index de 50
  • La pomme avec un index de 38
  • La pomme de terre bouillie avec un index de 65
  • Les lentilles avec un index de 22
  • Les carottes crus/cuites avec un index de 16/47
  • Les noix avec un index de 15
  • Les haricots vers avec un index de 30
  • Et enfin, les légumes verts, les champignons ainsi que les tomates avec un index de 10.

Il faut savoir que l’insuline garantit la régulation du sucre sanguin, en la diminuant, et, par rapport à la cellule graisseuse, optimise l’entrée du sucre et son changement en graisses.

En outre, vous devez aussi savoir qu’un effet « yo-yo » arrive car les sucres rapides engendrent une sécrétion soutenue d’insuline avec taux de sucre qui baisse. Il s’agit du fameux « coup de pompe », que vous avez connu plus d’une fois dans votre vie, avec fringale de sucre. C’est un véritable cycle infernal, conduisant de façon inexorable à une prise de poids.

Premier conseil : Je vous recommande vivement de vous tourner vers des sucres lents ou à index glycémique bas, en optant pour une consommation modérée de graisses saturées. En outre, il ne faut absolument pas grignoter en dehors des repas. Servez-vous de « l’effet fibres », surtout solubles, gonflant au contact de l’eau et :

  • optimisant la satiété,
  • rendant plus lent le passage des sucres et des graisses,
  • capturant des substances toxiques,
  • et enfin, optimisant le transit intestinal.

En outre, il est recommandé de freiner l’action de l’insuline au moyen du chrome, qui a une fonction essentielle dans l’usage du glucose.

Quel est le poids du stress ainsi que du manque de sommeil ?

La sécrétion d’insuline peut être dérégler à cause de divers phénomènes tels que, par exemple, le surmenage, la fatigue chronique ou encore les chocs psychologiques. En outre, sachez que diverses études dévoilent également que le stress optimise la distribution des graisses sur le ventre.

Différents travaux expérimentaux ont, quant à eux, tirés comme conclusion que des changements au niveau comportement alimentaire engendrent des mécanismes hormonaux durant la privation chronique de sommeil. Sachez également que la nuit, les cellules adipeuses engendrent une hormone, se nommant la leptine, qui atténue la sensation de faim tandis que le jour, l’estomac en conçoit une autre, la ghréline, optimisant l’appétit.

Baisser le temps de sommeil a, pour conséquence directe, une baisse de la durée de sécrétion de la leptine ainsi qu’une hausse de celle de la ghréline. Vous devez aussi prendre en compte que l’appétit se fait plus fort avec une appétence spécifique pour l’alimentation grasse et sucrée et c’est de cette manière que l’on prend du poids. Dans ce cas, un cercle vicieux arrive : la fatigue se fait plus forte et la somnolence aussi. On fait de moins en moins de sport et on grignote de plus en plus. Différentes études ont effectué un lien entre un temps de sommeil trop court (moins de six heures) et une hausse de l’IMC. Pour rappel, il s’agit du fameux indice de masse corporelle1234

Deuxième conseil : Afin de restreindre les nombreux effets du stress, effectuez de l’exercice physique, en identifiant les différentes causes pour les baisser. En outre, apprenez à « vivre » de façon plus calme, sereine et apaisée. Aidez-vous de nutriments sérénité (comme le magnésium, les vitamines B et C, la tryptophane ou encore les acides gras oméga 3). Vous devez prendre soin de votre sommeil, en prenant conscience de vos propres besoins, et en optant pour une hygiène de vie pertinente et adaptée.

Acheter de la vitamine B, de la vitamine C ou encore des oméga 3 (liens non-sponsorisés)

Les différents dysfonctionnements organiques

Il faut garder à l’esprit qu’à l’origine de beaucoup de surpoids, se trouve des dysfonctionnements organiques, par surcharge dans beaucoup de cas. Cela concerne la plupart du temps le foie, les reins ainsi que les intestins qui sont de véritables « portes de sortie » pour ce qui est des déchets du corps. Signalons que n’importe quelle perte de poids va déstocker graisses et toxines, toxiques présents dans les adipocytes.

Troisième conseil : le « drainage-détox » s’avère être indissociable d’une phase de gestion du poids. Elle doit se faire sans aucun effet négatif par rapport à la balance minérale. Optimisez un drainage doux, surtout pour le foie, grâce à des plantes particulières, comme l’artichaut dont je vous ai déjà parlé plusieurs fois. Enfin, pensez à bien recharger votre corps en oligoéléments essentiels aux différents métabolismes.

Acheter de l’artichaut sur Amazon (lien non-sponsorisé)

1« Stress and Body Shape Stress-Induced Cortisol Secretion is Consistently Greater among Women with Central Body Fat », E. Epel et al., in « Psychosomatic Medicine », 2000. 2« Kim TW1, Jeong JH1, Hong SC1. The impact of sleep and circadian disturbance on hormones and metabolism. Int J Endocrinol » apparue en 2015. 3« Fabio García-García et al. Ghrelin and its interactions with growth hormone, leptin and orexins: Implications for the sleep–wake cycle and metabolism. Sleep Med Rev » apparue en février 2014. 4« H K Al Khatib et al. The effects of partial sleep deprivation on energy balance : a systematic review and meta-analysis. European Journal of Clinical Nutrition » apparue le novembre 2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *