fbpx
Quelques astuces pour perdre les kilos superflus

Quelques astuces pour perdre les kilos superflus

Entendons-nous bien, l’objet de cet article n’est pas de vous donner une recette magique qui vous fera perdre du poids en quelques jours, ni de vous transformer en mannequin, à l’image de la nymphette qui, dans quelques semaines, sera en couverture de vos magazines préférés.

Zéro peau d’orange, zéro cernes, zéro hanches : ne vous laissez pas tromper par les régimes de ces magazines qui promettent beaucoup sont inapplicables, et ces personnes sont transformées par la magie d’un logiciel de retouche photographique.

Mon seul objectif ici est de vous aider à vous sentir bien dans votre peau avec votre poids idéal.

Quelques astuce pour vous aider

Pour moi, la méthode pour mincir est pourtant assez simple mais (un peu) fastidieuse. « No pain no gain ! » (pas d’efforts, pas de résultats !) comme disent les coach sportifs américains. Et ils ont raison. Il faut envisager de faire des efforts et les vraiment les faire. D’ailleurs, les conseils qui suivent sont valables aussi bien pour monsieur et que pour madame.

La 1ère chose à faire pour mincir c’est de franchir le pas, d’avoir la volonté de perdre du poids. Une fois la décision prise, s’y tenir, ne serait-ce qu’un mois.

Ensuite, il s’agit de rééquilibrer votre régime alimentaire : supprimer tous les aliments sucrés. Oui, vous avez bien lu, tous. Supprimer les sucres raffinés, les boissons sucrées, les pains à farine blanche, les pâtisseries industrielles. Supprimer également les alcools : ne prenez ni vin ni bière et surtout plus aucun alcool fort (vodka, martini, whisky). Ou au mieux un verre de vin rouge par jour maximum.

Il faut également modérer votre consommation de viande : une fois par semaine en quantité raisonnable, ça suffit, charcuterie incluse. Pas de charcuterie industrielle, que de la vraie.

4 ème conseil : éviter tout laitage de vache comme le beurre, le lait surtout mélangé (le café au lait, le chocolat au lait), les fromages qui tous se digèrent mal. Un léger écart est toléré : le fromage ne doit alors être consommer qu’en dégustation. Ou du fromage de brebis éventuellement.

Après, point des plus importants, boire de l’eau ! Ou du thé vert ou du thé matcha, le top apparemment mais je n’ai jamais goûté (si vous avez testé dites-le moi). Beaucoup donc. Et régulièrement tout au long de la journée. Je sais c’est assez basique mais ça marche ! Et en plus ça permet d’avoir une belle peau.

Autre point, et c’est une surprise pour personne : faire du sport. Marchez, courrez, au moins 1/2 heure par jour, plutôt le matin pour bien attaquer la journée. Une marche en pleine conscience dans la rue est un très bon déstressant et un véritable exercice physique. Saviez-vous que le sport est le 1er médicament du diabète de type I, mais c’est un autre sujet.

Enfin, arrêter ordinateur et télévision. Ça vous évitera de passer 4 heures par jour devant un écran, assis, sans rien faire. Profitez-en pour rencontrer des gens dans la vraie vie en dehors de votre boulot. Inscrivez-vous à un club de scrabble, de bridge ou à club de tir.

Et surtout tenez bon, pendant au moins 1 mois. C’est la 1ère semaine qui sera la plus difficile. Si vous craquez, n’hésitez pas à trouver un camarade de régime qui vous aidera. Vous pouvez même m’écrire via Facebook pour un soutien supplémentaire.

Ce type de régime, vraiment très simple à mettre en œuvre (si si), vous garantit déjà un résultat au bout de deux à trois semaines. Vous pourrez même faire des petits écarts.

Une fois ces conseils appliqués, vous pouvez vous aider de compléments alimentaires, et notamment de certaines plantes, très efficaces dans le domaine de la minceur.

Minceur et plantes : la phytothérapie à votre service

1ère chose à savoir, au risque de se répéter, les plantes à elles seules ne font pas maigrir sans changer son régime alimentaire et sans exercice physique quotidien.

Pour commencer, il est important de drainer le foie. Et pour ce faire, rien de mieux que l’artichaut. C’est une plante délicieuse, de saison, qui est efficace sur le foie. En aidant le foie à sécréter de la bile, on l’expurge de toutes les toxines qui peuvent le saturer, le rendant plus efficace.

Une petite journée de mini-jeun peut aussi aider. Comment faire ? Le matin, un peu d’eau et du pain complet, à midi, rien (mais il faut boire, boire et encore boire) et, le soir, une simple collation, une soupe japonaise par exemple ou un plat de petit épeautre.

Si vous avez mal à la tête pendant cette journée, si vous êtes d’humeur grincheuse, c’est normal. Ça prouve que les toxines s’évacuent. Le lendemain, vous aurez une impression de légèreté. Ça demande un effort, mais le jeu en vaut la chandelle.

Vous pouvez également associer plusieurs plantes majeures dans le domaine de la minceur : le fucus, le reine des prés et la prêle. Cette association vous aidera à retrouver une silhouette décente(1).

Le fucus, ou varech vésiculeux, est considéré par le Docteur Labescat comme « l’algue amaigrissante ». En dehors de son action assez connue sur les goitres thyroidiens (à cause de l’iode comme principe actif de l’algue), le fucus est un actif incontournable pour faciliter la résorption des graisses. Par rapport à 1 kg de coquillages, la concentration d’iode dans 0,5 mL d’extrait hydro-alcoolique de fucus est bien plus importante.

La reine des prés, ou ulmaire, est une plante dépurative, qui favorise la digestion et la miction.

Enfin, la prêle est traditionnellement très diurétique et aide à lutter efficacement contre les crises de goutte. Sa forte teneur en silice en fait aussi un allié redoutable contre les peaux d’orange disgracieuses. La silice organique est évidemment un atout pour consolider ses os après une fracture.

Acheter de l’artichaut, du fucus, de la reine-des-prés ou encore de la prêle sur Amazon (lien non-sponsorisé)

Sources :

https://archive.org/details/promincil-surcharge-ponderale. Les plantes, Dr Labescat, Ed Cogid, 2ème éditio, 2017. page 58.  https://www.amazon.fr/gp/offer-listing/2953903003/ref=tmm_other_meta_binding_new_olp_sr?ie=UTF8&condition=new&qid=1554212305&sr=8-4. TESSIER A. Surcharges pondérales, étude pharmaco-clinique d’une spécialité pharmaceutique. Phytotherapy 1994; 42: 3-8.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *